Français

FacebookTwitterGoogle+Compartir

Bio

carlos-costa1.jpgJe m’appelle Carlos Costa et je suis sociologue et écrivain. Je suis né en 1948. Mon expérience en tant que narrateur a commencé à la Casa de Letras et s’est poursuivie dans des ateliers d’écriture narrative (Laurencich, Correa Luna, Cross). En 2007, j’ai été sélectionné au concours Juan Manuel Portela. J’ai publié différents recueils de nouvelles : « En saco ajeno » et « El otro jardín » (« L’autre jardin ») et j’ai collaboré à plusieurs anthologies hispanophones. En 2008, j’ai reçu une mention au Concours latino-américain de nouvelles Julio Cortazar, organisé par la Casa de las Americas et la Fondation Alia, pour la nouvelle « Un lunes cualquiera » (« Un lundi quelconque »), qui fait partie du recueil intitulé « El otro jardín » (« L’autre jardin »). Une de mes nouvelles « Coche motor a Villazón »  a été publiée dans le premier numéro de La balandra. J’ai été finaliste de Premio Letra Sur avec le roman « Marcapasos » publié en 2012 par la maison d’édition Simurg et réédité en 2015, année de la publication de mon dernier roman « Al margen del cielo » (Simurg). Je suis également l’auteur de deux œuvres inédites : « Tal vez por tus ojos verdes », un recueil de nouvelles, et « Sobrevida », un roman. Je travaille actuellement sur un nouveau roman et je suis le responsable exécutif  de La balandra.

 

Nouvelles


balandra

La Balandra

Nous vivions à trois cent mètres du port mais mon père n’était pas un marin. Il y avait d’ailleurs très peu de marins dans notre ville. Mon père était couturier, ou plutôt pompier dans la boutique de Monsieur Gally, …

Continuer à lire


cc3adtricos-por-todas-partes-15 Un lundi quelconque

Il fait beau, c’est l’hiver. Je sors dans le jardin. Je suis profondément surpris par la taille du citronnier dont les plus hautes branches dépassent le toit de l’auvent du barbecue. …

Continuer à lire


jardinL’autre jardin

Si vous arrivez à l’improviste, c’est-à-dire, si vous entrez dans le jardin sans invitation, ou du moins sans aucun guide, vous n’allez probablement pas la voir. Mais si vous regardez d’un peu plus près,

Continuer à lire


m-1

Le sac

1977. Juin. Ils s’étaient rencontrés dans l’ascenseur. Pendant un moment, il avait hésité à la saluer. Elle avait changé : maintenant elle était blonde, elle avait les cheveux attachés et portait des petites…

Continuer à lire